Le tempo de démocratie

Depuis le 19eme siècle,la démocratie libérale est une constante des communautés occidentales. Les états déclarés démocraties populaires et l’Union Soviétique,ont sombré à cause de leur échec politique et économique.Les régimes autoritaires dans les monarchies du Golfe et en Russie,utilisent la rente pétrolière, gazière et minière pour faire accéder les populations aux biens de consommation et au mieux-être matériel.Cependant,dans les pays de référence démocratique,tels le Japon, les U.S.A. et en Europe, les dynamiques du capitalisme ont provoqué la dégradation des bases de la démocratie libérale et la réduction des couches moyennes.Ils reflètent à la fois l’abondance des biens, l’aggravation du chômage et la précarité croissante des catégories sociales.L’éclosion du mouvement des « indignés » en Europe, » Wall-street occupied » aux États-Unis et « Occupy Central » à Hong-Kong, entre autres,en est une illustration. A cause de la crise socio-économique, des « plans de sauvetage » étaient appliqués à l’Espagne,la Grèce, et l’Irlande par la Banque Mondiale, le Fonds Monétaire International et la Commission de l’Union Européenne. Cette « troïka » imposait à d’autres pays des « mesures d’austérité » qui  » s’avèrent contraires aux valeurs mêmes des sociétés démocratiques ». Le Conseil de l’Europe a annoncé que les « plans de sauvetage » ne se réfèrent pas aux traités de l’U.E, aux conventions internationales de l’O.I.T et de la Convention européenne des Droits de l’Homme. Les pays démocratiques basés sur le libéralisme, adoptent les  » mesures d’austérité » qui « se révèlent nuisibles socialement et ineptes économiquement ».
La Chine communiste conciliant libéralisation de l’initiative économique privée et dictature du parti,oriente son industrie vers le marché mondial. L’état brésilien se targuerait d’avoir redistribué les richesses créées sous l’égide du Parti des Travailleurs de Lula Da Silva; une importante classe moyenne y a vu le jour en une décennie.En Turquie, le kémalisme pérennisé au sein des institutions républicaines, n’a pas été un obstacle au processus démocratique;il n’a pas fait obstruction à l’avènement du courant islamique de l’A.K.P par les urnes en 2003. A la faveur des performances économiques cumulées,est apparue une classe moyenne différente de celle déjà existante sous des traits occidentalisés dans le pays.La démocratie revêt une profession de foi dont les actes posés font l’objet de réajustements à chaque étape du processus global.Décalée par rapport à celle prônée en Grèce antique, la démocratie participative, transfrontalière à l’ère du numérique, compose avec la modernité.Élaborer une constitution, organiser des élections et attester de la croissance économique, ne confortent pas la démocratie pendant que s’accentuent les disparités socio-économiques.Le tempo de la quête démocratique rime avec performances, redistribution des richesses créées, justice sociale et sécurité. Les élections « libres et concurrentielles » sensibilisent les gouvernants aux besoins de la population; elles les rendent aussi comptables de leurs actes,à l’heure des bilans. Au-delà de la seule représentativité, l’ensemble des individus éduqué serait le moyen décisif du maintien démocratique; aspirant à l’intégration des différentes couches dans les structures socio-économiques perfectibles, la démocratie est avérée un processus continu.